Compte-Rendu Saison 2011

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Compte-Rendu Saison 2011

Message  Jérémie le Lun 28 Nov 2011 - 18:58

Clamart, le 28 novembre 2011



Ils ont grandi les petits, c’est une évidence. Depuis ce jour de septembre 2009 où le challenge minime venait les récompenser des efforts consentis tout au long des années d’Ecole de Vélo et minimes.
Ce lien était trop évident et surtout tentant pour entamer ce résumé 2011. Si la météo et le vainqueur sont différents : c’est bien une nouvelle fois Clamart qui l’emporte, au terme d’une saison qui a été longue, dure mais plus que palpitante …

Ils sont trois cette fois à se mettre au vert et à la diète du cyclo-cross. Au combien difficile, ce rendez-vous hivernal est un plus pour le développement physique et technique de nos garçons à l’heure où c’est la puissance qui doit parler. Si la chance n’est pas là en début de saison pour Piero. Ses mésaventures nous confirment que le vélo est bien un sport mécanique et que vous coureurs, devez y prendre le plus grand soin. L’ennui, c’est que c’est sur le terrain que vous en prenez conscience.
Toujours est-il que les maillons de chaîne réparés, Piero, Geoffrey et Thomas s’attaquent à la première manche du challenge national. Loin derrière, Piero nous fait une remontée qui peut désormais lui laisser envisager le championnat de France. Geoffrey et Thomas s’engagent au mieux mais cela ne suffira pas. Tom est tout de même aux avant-postes lors du championnat régional. Parti loin, on peut aujourd’hui se décevoir de son placement en grille, mais surtout l’encourager, à pourquoi-pas, y revenir un jour.
Alors que Piero grapille peu à peu sa place en Bretagne, Thomas l’emporte et ouvre notre compteur 2011.
C’est sur nos terres vendéennes que notre spécialiste décroche sa première sélection pour un évènement majeur. Constant dans sa progression, toujours présent au travail, prêt à se mettre dans le mal, Piero prend un excellent départ mais ne peut malheureusement pas tenir le rythme.

Et pendant ce temps, sous la chaleur arctique de l’INSEP, on retrouve Geoffrey, Florian et Tom. De même que le cyclo-cross, la piste permet durant l’hiver de conserver les compétences si difficilement obtenues. Au-delà de l’adresse qu’elle apporte, on en ressort forcément plus fort. Comme-quoi dès fois, tourner en rond, ce n’est pas si mal …
Continuez messieurs, et encouragez vos copains, à venir découvrir ces disciplines hivernales qui ne peuvent vous apporter à tous, que des qualités supplémentaires.

Mais pour les autres, pas de répit tout de même. Abdos, fessiers et pompes sous l’œil d’un président toujours attentif aux étirements d’une préparation physique qui au-delà du renforcement postural recherché, construit notre équipe.
Et quel effectif, cette année, au démarrage d’un hiver plutôt blanc. Aux anciens Thomas, Tom, Piero, Kévin et Valentin viennent se greffer Romain, Florian, Amaury. Quelques nouveaux veulent aussi être de la partie: Benjamin et Baptiste. On ne va pas leur donner tort. Les kilomètres s’avalent un à un, défiant comme à chaque fois un climat qui nous encouragerait à rester au coin du feu. Mais l’équipe à un objectif, et pour le réaliser il faut souffrir.
Le traditionnel stage de Saint-Hilaire nous met en appétit, il va désormais falloir se rassasier…

Et c’est parti, enfin. D’entrée, nos garçons se montrent turbulents. Et Geoffrey, trop attentiste la saison passée, change de tactique pour se porter à l’avant. La victoire n’est pas loin, son manque d’expérience tout simplement. Mais l’équipe est au premier plan, c’est pour moi le plus important. Baptiste découvre la compétition et on distingue vite chez lui un esprit qui va le pousser à se dépasser. Au final, tout le monde arrive dans le peloton. Quelle satisfaction !
Du spectacle, du « beau spectacle », vous nous en offrez la semaine suivante à Rungis avant de prendre une revanche à Antony. Tom, un an après, est encore dans la bonne. Mais cette fois, il gagne. Et comme il le dit et l’écrit: « merci pour le frein ». J’aime le rappeler chaque année, le cyclisme est sport individuel, mais s’il se pratique en équipe, il y a bien une raison.

Le ton est donc annoncé, et avril ne va pas nous endormir. Après une deuxième place à Vigneux, Thomas en veut plus et s’exprime enfin à Challans chez nos amis vendéens. Sur invitation de Christophe Maitre, nos cadets participent à la course du « Marais Bocage » sur un terrain d’entraînement plutôt familier. Après un contre-la-montre individuel expédié, il est temps d’aller défier les côtes d’Apremont, en bon souvenir du stage et sous le regard de nos supporters locaux. Offensifs, nos coureurs le sont comme à leur habitude. Mais à l’issu des quatre-vingt kilomètres de course, le sprint est inévitable. Et fort de patience, Thomas ne peut que l’emporter pour le plus grand bonheur de notre hôte, et d’une équipe qui se construit peu à peu. Une expérience importante pour nos jeunes qui sera renouvelée l’an prochain, avec le même succès évidemment. Je tiens ici, au nom de tous, à te remercier Christophe, pour cet accueil, qui s’est même prolongé.
De Challans à Leval, où nos coureurs prennent part à l’inter région des cadets sous le maillot départemental, l’équipe mise en place à Saint-Siméon ne va pas se laisser faire. Amaury, l’infatigable, prend l’échappée. Surement très généreux, il est juste pour la gagne. Continu à garder ce tempérament. Dans le paquet, Baptiste et Kévin font l’élastique mais s’aperçoivent surement que leur place est bien dans le peloton. Ils gagnent pas à pas du terrain sur leur objectif.
Romain court lui du côté Normand et fait la course. Tu as Romain dans les jambes ce que beaucoup rêverait d’avoir, mais trop souvent tes watts sont contrôlés par ta tête. Mets le cerveau en stand-by, et explose-les, tu en as les capacités.
Passé Chaintreauville, en ce lundi de Pâques, c’est la ZIPEC qui nous loge. Les clamartois piégés, chez eux, pas possible pour Piero qui ramène. Et le tout se joue au sprint. Plus qu’un prix d’équipe, l’attitude de nos garçons est à mettre en valeur : ils jouent la gagne, pas le reste.
Petit détour sur piste pour la deuxième manche du challenge des cadets où Florian, Thomas et Tom portent le 92 aux toutes premières places. Florian court juste, sans se soucier qu’il est entouré des meilleurs français, et sans causer. Tom me confirme que j’ai bien fait de le mettre en piste. Quant à Thomas, il y a évidemment sa place, quand il tient dessus.

Vingt-quatre heures passent, et le centre-ville clamartois met en scène le championnat départemental. Et quel champ de bataille, dynamisé par sa sortie sur piste, Thomas fait cavalier seul. Tom, en décalé, en fait de même. Et dans le peloton, notre aventurier Amaury, finit le travail. Florian, Romain et Baptiste rentrent dans le top 20, un grand bond en avant. Le prix d’équipe du jour est évidemment une satisfaction.
Parti sur un terrain beaucoup plus accidenté, Piero casse et prend une médaille en chocolat lors du championnat d’Ile-de-France VTT. Un brin d’amertume, mais l’incertitude du sport existe.
A Sannois, c’est le tour (ou retour) de Geoffrey à l’avant. Encore des défauts tactiques, c’est dommage.
15 mai 2011 : Amaury, Tom et Thomas déboulent à fond dans l’allée finale de Dreuil-les-Amiens pour finir au pied du podium du contre-la-montre par équipe de l’inter-régions cadets, un très bel effort collectif. Le repas consommé, le circuit imprimé, c’est reparti. Et qui est devant ? Sans se soucier où il est, de qui l’entoure, Amaury s’en fout, et s’en va … Il n’a pas encore les acquis physiques, et heureusement pour les autres, mais ce garçon a un tempérament d’attaquant à prendre en modèle. L’avoir au départ, c’est être assuré du spectacle, peu importe sa forme, ou le prix du billet. Lui et Romain fusionnés, même Nadir peut trembler.
Toujours est-il qu’il est encore devant quand Tom est pris dans les chutes. Et sans panique, dans la file de voiture, reprend sa place. Mais à l’avant la course se joue, et sans nous. Thomas se responsabilise et revient en tête, il nous fait forte impression mais qu’en sera-t-il dans le final ? L’échappée avance et les attaques arrivent, il ramène et joue sa carte au sprint, sûr de lui. Alors qu’un ami nordiste lance l’assaut final, radio-tour nous coupe le son. Mais c’est bien le 38 qui sourit, bravo.
Lapize, qui faisait, à une époque pas si lointaine, théâtre des challenges du CIF, est un terrain pour les escaladeurs. Qui de mieux que notre colombien pour aller dans l’échappée. Aérien, son matériel l’est moins, juste une piqûre de rappel. Heureusement, la semaine suivante, tout fonctionne, et la victoire est enfin sienne, non sans panache.

Plus le temps passe, et plus le collectif grandit et se soude. La ZIPEC FSGT, est un beau défilé. C’est Florian, qui passe la ligne en tête, pourtant sans pignon fixe. Le même jour, du côté de Villemaréchal : Amaury, Piero et Geoffrey sont en lice pour achever le travail 92 et conserver une place pour la grande finale. C’est chose faîte sur ce difficile circuit seine-et-marnais. Moins en avant, Piero sprint juste et nos jeunes s’offrent une escale à Albi.
Comme c’est l’unique de la saison, j’ai envie de dire qu’il ne faut pas le louper. Le contre-la-montre par équipe des boucles du Val d’Oise est un exercice nouveau, mais riche d’apprentissages. Sur deux jambes et-demi, nos garçons l’emportent. Et signe de notre bonne santé, une deuxième équipe est au départ, je ne demande pas mieux.
Le lendemain, à Villeneuve Saint-Georges, la pluie vient chambouler une course qui paraissait plutôt claire et dont Amaury devait clôturer le spectacle. Piero et Geoffrey tiennent bon mais laissent filer l’homme en forme du moment. Chez nos amis bleus du team, le prix d’équipe est tout de même acquis. Les satisfactions du jour vont vers Baptiste, Romain et Kévin qui ne font plus que s’approcher du peloton : reste à passer devant maintenant.
Forcément, avoir les meilleurs, c’est plutôt sympa, c’est que l’on bosse bien. Mais c’est aussi source de tensions. Notre force, c’est un collectif, construit depuis les rangs des écoles de vélo, sur lequel ont su s’intégrer, ou presque, tous ceux qui sont venus. Tous partagent en envie commune : celle que je m’attache à transmettre, celle de mettre nos couleurs à l’avant. Peu importe qui lève les bras, c’est ensemble qu’on sabre le champagne.
Il faut savoir composer ensemble, quelque-soit nos affinités, on a toujours besoin des autres, à un moment.
A Fontenay, autour du président, les bouchons peuvent sauter et nous applaudir.

Elle existe à l’école, nous la rendons lors du championnat d’Ile-de-France : la copie blanche. L’effet du papillon ne va pas dans le bon sens : une chute, une décision, une démotivation et là c’est vraiment le drame. Comment tiré du positif ? Peut-être se dire que l’on peut être fier de garçons qui sont capables de sacrifier des ambitions personnelles pour les autres, pour un autre. Peut-être qu’ici même, nous saurons tous que quoi qu’il se passe, quoi qu’il nous arrive en course, tant qu’on peut et que les jambes nous portent : on envoie jusqu’au bout, jusqu’à la ligne, et on ne s’arrête jamais avant.

Mais heureusement, les rouges et blanc vont de l’avant dès leur sortie suivante. Quand Dédé cueille les cerises, Benjamin cueille la victoire du côté de Montélimar. Un nouveau succès, plus inattendu, mais qui me conforte sur un point, il peut aller très vite, et pas qu’à l’entraînement.

Après un détour par la Madiot, Piero et Thomas partent, avec des ambitions à leur hauteur, au championnat de France sur route. Sans se cacher sous les parapluies, on ne le les retrouve pas. Ils n’ont pas su prendre les bonnes opportunités, aller de l’avant, être les acteurs habituels. Et forcément dans le vélo, dès que l’on subit, on est perdu. Reste que l’expérience nous permet tout de même une chose, de nous remettre à bosser.

Encore une fois, la réponse est plutôt directe et Clamart retrouve la victoire avec Piero du côté de Bellot. Bois d’Arcy, Puiselet, le rythme est repris. Alors qu’Amaury retrouve ses jambes, et l’avant de la course, Kévin est enfin à la hauteur de son travail. Il règle le sprint du peloton devant l’un des meilleurs sprinters franciliens. Une belle étape de franchie et des ambitions futures qui vont nous permettre d’alimenter ton hiver.

Etre présent le jour J, nous ne l’avons pas réussi individuellement, mais collectivement, nous devons l’être. Alors à Montlhéry, sur un circuit plutôt difficile à contrôler, ils ne sont que cinq à défendre nos couleurs. Enfin défendre, avec Amaury c’est plutôt compliqué. Avec Florian et Geoffrey, leur boulot est efficace. A aucun moment, ou presque, le danger est sur nos épaules. On peut se laisser rêver d’une victoire quand à deux tours, notre attaquant est encore devant. Mais le sprint est une nouvelle fois inévitable, les dés sont lancés par Thomas qui ne se pose pas de question, c’est l’équipe qui prime aujourd’hui. Battus par Evenot (tout de même champion de France de Vitesse par Equipe), Thomas et Piero font deux et trois, comme à l’époque, et Geoffrey assure l’essentiel pour que le challenge du CIF 2011 récompense leur boulot, à tous.

Alors oui ils ont bien grandi, tous, mais leur croissance doit continuer. Cette saison, aussi belle qu’elle a pu être, doit être un point de départ. Un beau défi pour ceux qui restent, et peut-être un plus grand encore pour ceux qui montent, car il en reste des marches avant d’aller titiller les deux frères Haddou ….

avatar
Jérémie
Admin

Nombre de messages : 500
Age : 31
Localisation : Issy
Date d'inscription : 18/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum